Les Chasse-Marée

Si vous aimez le cri des crêpes et l’odeur des mouettes à moins que ce ne soit le contraire, venez à la rencontre      des Chasse-Marée groupe de musique celtique venu de nulle part.

Cette troupe née d’une greffe improbable opérée il y a 12 ans entre Auvergnats et Bretons expatriés, puise aujourd’hui son inspiration dans le répertoire traditionnel celtique tout horizon.

4 musiciens chanteurs et 1 sonorisateur chanteur, tous animés par le goût des saveurs iodées du grand large, vous font partager leur passion du rythme venu du grand Far West Hexagonal et de chez leurs voisins d’Outre-Manche.

Attention, ils sont lourdement armés : Bombardes, Cornemuses, Violon, Vielle, Accordéon, Guitare,Synthé-Bass, Flûtes, Tambour, Percussion, Hammer Dulcimer, pour exécuter des airs à chanter où à danser : Andro, Kas A Bahr, Cercle, Laridé, Valse, Bourrée, Hanterdro, Polkas, Gavotte…

Si vous aimez chanter, danser, crier ou faire des trucs idiots que vous n’oseriez pas faire dans la vraie vie, alors n’hésitez pas, embarquer avec Les Chasse-Marée pour 1 heure et demi ou 2 heures de musi-rigolade.

LE GROUPE

CHANTAL

Je suis arrivée à l’association War Hentou Breizh  par Amour

du TALABARDEUR Jean-Louis.

J’ai fait la rythmique pour le groupe, je me suis donc mise au Tambour.

J’affectionne les musiques bretonnes et celtiques depuis des années et en me rendant

une énième fois au festival de Lorient, j’ai rencontré le luthier Claude Bertrand qui jouait du  Hammer Dulcimer, dans les rues et j’ai fait de cet « ancêtre du piano

et famille des cithares sur table » mon instrument.

Rythmiques et douceurs musicales font partie de ma vie.

MARIE-ANGE

A la maison, c’est moi qui porte le pantalon, donc vous devinerez vite qui est mon compagnon, ce breton qui m’a fait découvrir sa Bretagne, sa musique puis son groupe d’amis (es). Tout d’abord devenue groupie et fan de ce groupe, j’ai été amenée à les suivre dans cette aventure.

Par la suite, je suis devenue membre et secrétaire adjointe de l’association.

DIDIER

C’est moi le breton du groupe, celui qui fait le son, avec un s au début, hein !

Je ne suis pas musicien, donc la sonorisation était un chemin qui me plaisait,

en tant qu’amateur de technique et d’informatique.

Jean-Louis, le sonneur-danseur, en tant que CHEF m’a contacté

et l’aventure commençait par un, puis deux festivals celtiques à Seychalles.

Puis un jour, me voilà bombardé chanteur ! Avec bonheur.

ERIC

Violoniste de formation et multi-instrumentiste – passionné par les musiques traditionnelles du domaine français et d’ailleurs – grandi par le rock expérimental et la techno sauvage des rave-party rennaises et du Val de Loire.    Ce drac cantalou a rejoint tout naturellement ses compères korrigans puy-de-dômois, grâce à l’entremetteuse José Dubreuil de l’Agence des Musiques de Territoires Auvergnats. Ayant habité et gravité autour de Nantes au début des années 2000 (hic!), il manquait l’apprentissage approfondi du répertoire breton et grand-breton à son archet. Aujourd’hui, c’est chose faite, j’en ai encore les sabots qui battent la tremblotte ! Je remercie chaleureusement le Chasse-Marée pour les franches parties de rigolade à venir ! Merci Breizh !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JEAN-LOUIS

La vie est faite de belles rencontres et il y a maintenant plus de 20 ans qu’au sein de l’association « l’Armoricaine » sur Clermont-Ferrand, j’ai eu la chance de croiser sur mon chemin, quelques sympathiques  Bretons expatriés. J’ai tout de suite adoré l’ambiance des musiques de ce Far Ouest Français. Sûrement plus doué pour les danses que pour l’instrument Celte, je me suis tout de même lancé dans l’aventure de  » La Bombarde « .  La difficulté de la bombarde est immense pour de multiples raisons : l’éloignement des vents iodés, la culture, le style……..et surtout les spécialistes sonneurs Bretons de Bretagne. Aujourd’hui, je me dis que j’étais  » grave bien mordu, piqué au jus de pommes et au chouchen « . Mais tant pis pour le style, pour les Auvergnats j’ai la réputation de paraître Breton et pour les Bretons d’être un vrai  Bougnat.

D’ailleurs comment reconnait-on un Auvergnat en Auvergne qui joue de la bombarde ?  » il est haï éternellement de son voisin et seuls les ânes du pré d’à côté sifflent et tapent du sabot !  »

La bombarde devrait être frappée de deux impôts :  » le premier au profit des sourds et le second au profit des voisins « . Ce sont les raisons pour lesquelles les répétitions se font toujours dans des caves à côté des taupes ou à 3500 m d’altitude, proche des neiges éternelles. « Trèfle de plaisanterie » !!!  Je remercie mon Maître  » Michel QUERROU  » champion de Bretagne en 1964 et 1965 dans la catégorie sonneur de couple et mon ami de toujours Yannig KARNAG ( formateur de bombarde à LANDAUL , Morbihan ).

Ensuite, j’ai eu pendant une bonne dizaine d’années un beau parcours dans différentes troupes Médiévales. J’ai fait le tour de France, notamment à Provins, au Puy : La Fête du Roi l’Oiseau, Andilly, Corde sur Ciel, Briançon, Monflanquin, Monpazier etc, etc,  » rien de tel que la rue pour se former et se déformer « 

Pendant cette période, j’ai créé avec Nathalie, l’association WAR HENTOU BREIZH, j’ai organisé à Seychalles 2 festivals Celtiques en 2008 et 2010.

Aujourd’hui, le groupe LES CHASSE MARÉE parcourt les campagnes Auvergnates et croise assez souvent des âmes Celtes.

Quand je fatigue tout le monde avec ma bombarde, je m’adonne aussi parfois à quelques flûtiaux ou peaux de Veuze. Si, lors de vos promenades en Auvergne, vous croisez un barde ficelé en haut d’un arbre, devinez ?

Si vous souhaitez toujours apprendre la Bombarde!  N’hésitez pas à prendre contact, ce sera un immense plaisir de vous transmettre de précieux conseils.

Bon Vent.

PHILIPPE

45 années de pratique des musiques populaires.

Deux instruments de prédilection : la vielle et la guitare.

Des instruments complémentaires : l’accordéon diatonique à plaquettes

et quelques cornemuses à bouche ou à soufflet.

De quoi varier les plaisirs et s’adapter à la diversité des musiques des régions de France.

Dernière aventure en date : les musiques bretonnes, galiciennes et celtiques.